Site Loader
Traitement contre le coronavirus : la vitamine D a peu d’intérêt

Selon les scientifiques, une carence en vitamine D est associée à une vulnérabilité accrue aux infections dont le covid-19. Ils estiment cependant qu’un traitement ou une supplémentation dans le but de prévenir ou guérir le coronavirus est sans grand intérêt.

Une hormone qui supprime la réponse inflammatoire

La vitamine D est classiquement connue pour être responsable de l’absorption intestinale du calcium et de la santé osseuse. Elle a aussi la particularité de moduler le fonctionnement du système immunitaire ; ce qui lui permet de supprimer la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome de détresse respiratoire aigu qui caractérise les formes sévères voire mortelles de Covid-19.

Si la vitamine D joue un rôle protecteur, l’Académie nationale de Médecine (ANM) a publié un communiqué le 22 mai 2020 où elle précise que cette hormone « ne peut être considérée comme un traitement préventif ou curatif de l’infection due au SARS-CoV-2 ». Cependant, dans la mesure où la vitamine D atténue la tempête inflammatoire et ses conséquences, « elle pourrait être considérée comme un adjuvant à toute forme de thérapie ».

Pas de supplémentation en vitamine D excessive

L’ANM recommande de « doser rapidement le taux de vitamine D sérique (c’est-à-dire la 25 OHD) chez les personnes âgées de plus de 60 ans atteintes de Covid-19, et d’administrer, en cas de carence, une dose de charge de 50.000 à 100.000 UI qui pourrait contribuer à limiter les complications respiratoires ». Elle recommande aussi « d’apporter une supplémentation en vitamine D de 800 à 1.000 UI/jour chez les personnes âgées de moins de 60 ans dès la confirmation du diagnostic de Covid-19 ».

La supplémentation en vitamine D dans le but de prévenir du covid-19 ou de le traiter n’a pourtant qu’un intérêt très limité. Telle est la conclusion d’une nouvelle méta-analyse, présentée dans la revue BMJ, Nutrition, Prevention and Health.

Aussi, les scientifiques mettent-ils en garde contre une supplémentation excessive sans surveillance médicale, qui pourrait entraîner des risques sur la santé. Ils conseillent en revanche la consommation d’aliments comportant naturellement de la vitamine D, à savoir le jaune d’œuf, les céréales, la viande rouge et le poisson gras.

Surveillez votre alimentation avec plaisir grâce un praticien qui vous correspond !

Attention vos animaux ne sont pas les seuls à craindre les tiques ! Ces bestioles sont aussi très dangereuses pour l’homme : Tiques : attention aux piqûres !

Emilie House

Facebook
Youtube
Linkedin
Instagram