Pour profiter d'une recommandation personnalisée inscrivez-vous !

Je m'inscris

Choisissez et prenez rendez-vous en ligne avec un psychologue

921 psychologue sont référencés sur Doctoome, dont 86 sont recommandés par la communauté !

Les derniers psychologues recommandés

93 Boulevard De La République
92100 Boulogne Billancourt
Développement personnel Burn out
Carte vitale non acceptée
16 Rue Simon
51100 Reims
Traitement des addictions Dépression Traumatisme, deuil ...
Carte vitale acceptée
26 Rue Hector Blanchet
38500 Voiron
Dépression Estime et affirmation de soi
Carte vitale non acceptée
Trouver un psychologue

Derniers articles liés au métier de psychologue

Comment accompagner les personnes souffrant de dépression ?
Comment accompagner les personnes souffrant de dépression ?

Guérir de la dépression avec la thérapeute Sabine Marianelli On dit parfois que la dépression est le nouveau mal du siècle. Quels en sont les symptômes et comment se soigner avec une approche psycho-spirituelle ? Sabine Marianelli nous explique tout dans cet article.   Thérapeute psycho-spirituelle formée à la naturopathie, Sabine Marianelli accompagne les personnes vers leur épanouissement. Elle exerce à Nice ou à distance. Créatrice de la méthode S.E.E. (Spiritualité-Energie-Elixirs) elle accompagne les individus avec un programme personnalisé pour leur apprendre à se connaître en les libérant de leurs peurs et de leur conditionnement. Définition et symptômes de la dépression La dépression se caractérise par un mal-être profond qui engendre fréquemment une apathie. C’est-à-dire un manque de motivation et d’intérêt. La dépression est considérée comme une maladie chronique d’ordre psychique. Les symptômes observés sont une grande tristesse, des troubles de l’appétit et du sommeil, un sentiment de dévalorisation et de désespoir ainsi que la perte de toute joie. Les personnes atteintes de dépression que je reçois en consultation m’ont souvent partagé qu’elles avaient perdu goût à la vie. Les causes de la dépression Il existe plusieurs causes de dépression ou d’état dépressif.  Cela est souvent lié à un choc émotionnel comme un deuil, la perte d’un emploi, un divorce, une enfance difficile, un traumatisme, une agression… Mais il peut s’agir aussi d’un patrimoine héréditaire. La dépression se transmet de génération en génération. Une personne peut souffrir de dépression alors que tout va bien dans sa vie professionnelle, familiale et personnelle. Seulement son père, son grand-père et son arrière-grand-père étaient atteints de dépression. Celle-ci est ainsi inscrite dans les gènes comme la couleur des yeux ou des cheveux. Les symptômes de la dépression Quelle que soit la cause, la dépression entraîne un profond manque de confiance en soi et une méconnaissance de sa nature profonde. Les personnes atteintes de dépression ont perdu toute connexion avec l’élan de vie. Cet élan de vie est un espace au plus profond de nous-mêmes qui est notre véritable nature. Nous l’appelons plus communément l’âme, la petite voix, le guide intérieur, etc. Il s’agit de notre grand Soi, qui est relié à la source de vie. Il nous murmure à chaque instant le chemin que nous devons emprunter pour nous épanouir.  Mais nous avons rarement appris à l’écouter. Nous sommes conditionnés par notre mental et notre ego, c’est-à-dire notre petit Moi. Le petit Moi c’est ce personnage intérieur qui s’est construit sur nos blessures, nos échecs, nos doutes et nos peurs. Il s’est donné pour mission de nous garder en sécurité et de ne pas reproduire les souffrances passées. Il se croit séparé de la Source et que tout repose sur lui. Nous lui avons donné tout le pouvoir et même nous lui avons laissé la clé de notre voiture (notre corps). Il sait parler très fort, même crier, c’est pour cette raison que nous nous référons qu’à lui. Tandis que notre Moi Supérieur murmure. Le souci c’est que nous fonctionnons en mode automatique, transporté par un chauffeur qui ne sait pas conduire (notre petit Moi) et qui n’écoute pas le GPS (notre Moi supérieur). Une personne souffrant de dépression est totalement sous l’emprise de son petit Moi. Elle a oublié qu’il existe en elle une Lumière qui lui indique le bout du tunnel. Les conseils de Sabine Marianelli  Les 4 étapes pour une libération en profondeur et retrouver la joie de vivre 1 – LIBÉRER SES ÉMOTIONS Accueillir les émotions qui nous traversent pour apprendre à les apprivoiser et ne plus les subir  2 – RETOURNER AU COEUR DE SOI Mettre en lumière les mémoires, les traumatismes, restés emprisonnés, qui empêchent d’être ce que nous sommes vraiment. Se reconnecter à son guide intérieur. 3 – DÉBLOQUER SES FREINS Identifier les croyances, les limitations, les jugements, qui paralysent et entretiennent la dépression. 4 – REPROGRAMMER Poser des actes pour réimprimer dans le mental de nouvelles données et se libérer des anciens schémas, des automatismes destructeurs. En quoi un accompagnement psycho-spirituel aide à sortir de la dépression ? L’accompagnement psycho-spirituel que je propose réunit ses 4 étapes de libération, grâce à une méthode énergétique et spirituelle, soutenue par les élixirs floraux du Dr Edward Bach, que j’ai créé : S.E.E. (Spiritualité-Energie-Elixirs). Si j’ai créé le programme thérapeutique SEE, c’est pour permettre aux personnes atteintes de dépression de se reconnaître et d’être en cohérence avec leur nature profonde, grâce à des processus corporels, spirituels et énergétiques. Ainsi, ma méthode d’accompagnement innovante repose sur l’alliance parfaite de 3 procédés, associés à des techniques naturelles : Spiritualité par mon approche spirituelle et athée, basée sur l’existence d’une dimension plus vaste et infinie, pour partir à la conquête de son Âme. Savoir écouter son Guide intérieur et développer son potentiel créateur. Ainsi sortir du sentiment de désespoir induit par la dépression. Énergie avec les mouvements Dmoka®, axés sur la déprogrammation par les mouvements oculaires et le décodage biologique, pour comprendre et guérir l’état de souffrance et de mal-être profond Elixirs floraux pour équilibrer les émotions afin de ne plus les subir grâce aux fréquences vibratoires des fleurs de Bach. Cela soutient la libération entre chaque séance Sabine Marianelli – Thérapeute psycho-spirituelle – Naturopathe

Comment soigner la dépression grâce à la psychothérapie ?
Comment soigner la dépression grâce à la psychothérapie ?

Vaincre la dépression grâce à la psychothérapie Comment soigner la dépression ? Quelle est la différence avec une déprime ? La psychothérapie va vous aider à guérir de cet état dépressif en agissant sur les aspects psychologiques.  Loréna Pol, psychologue spécialisée dans les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) et l’Hypnose nous explique dans cet article comment identifier notre état. Elle nous donne ses conseils pour pouvoir soigner cette dépression qui affecte notre santé mentale. Il est possible que vous fassiez partie des personnes touché.e.s de près ou de loin par la dépression. Peut-être la traversez-vous actuellement, ou l’avez-vous dépassée et redoutez de la rencontrer à nouveau, ou encore est-ce l’un.e de vos proches qui est, ou a été, concerné par cette souffrance. La dépression est une maladie. C’est un trouble psychique qui entraîne une profonde douleur morale et qui a des répercussions sur l’ensemble de la qualité de vie. La dépression se distingue de la déprime qui est une forme bien plus légère et passagère. Déprime et dépression, quelles différences ? La déprime est une forme très allégée de la dépression. C’est un état émotionnel ordinaire,  que nous connaissons tous et qui est souvent réactionnel à une situation (conflit léger, préoccupations, période du cycle hormonal…). La déprime se caractérise par une baisse d’énergie, un affaiblissement de l’intérêt que l’on porte habituellement aux autres et aux choses, un besoin de se replier sur soi et de ralentir. Elle dure généralement moins de 2 jours et se solutionne en reprenant le cours de sa vie. Les liens aux autres, les activités ressourçantes, le plaisir de vivre suffisent à la faire disparaître. C’est le fameux coup de blues ou coup de mou. Une période courte, faible en intensité au cours de laquelle on se reconnait un peu moins. La dépression quant à elle est une véritable pathologie. Pour la diagnostiquer, au moins 5 des symptômes suivants doivent être présents pendant une même période d’une durée de 2 semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur : Une humeur dépressive, Une perte d’intérêt ou de plaisir, Une diminution marquée du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités Une perte ou gain de poids significatif en absence de régime, Insomnie ou hypersomnie, Agitation ou ralentissement psychomoteur, Fatigue ou perte d’énergie, Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée, Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision, Pensées de mort récurrentes, idées suicidaires. Ces symptômes doivent induire  une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel, ou dans d’autres domaines importants. Ils ne sont pas reliés à la prise d’une substance ni à une affection médicale. Les causes de cet état dépressif La dépression peut toucher n’importe qui, y compris les enfants. On sait aujourd’hui qu’elle est multi déterminée. Elle comporte une composante génétique c’est-à-dire une forme de prédisposition, une vulnérabilité au risque de la développer. Ensuite ce sont un ensemble d’éléments qui vont favoriser son apparition: des événements de vie, la façon de penser le monde, les traumatismes subis, les chocs émotionnels, une mauvaise estime de soi, l’exposition au stress chronique… Le cumul des évènements peut fragiliser psychiquement un individu ce qui va avoir des conséquences somatiques. Cette accumulation de chocs, de souffrance, de difficultés va provoquer un déséquilibre dans les substances naturellement présentes dans le cerveau, les neurotransmetteurs (et plus particulièrement la sérotonine et la noradrénaline) qui jouent un rôle important. Certains envisagent la dépression comme une panne généralisée des mécanismes du plaisir, d’adaptation, d’initiation…à l’origine de laquelle serait un déficit ou un dysfonctionnement dans les neurotransmetteurs. Le rétablissement du fonctionnement des neurotransmetteurs grâce aux traitements médicamenteux améliorent les connexions entre les neurones et ainsi l’humeur et le fonctionnement général. Un laps de temps d’au moins 15 jours est à compter pour qu’un traitement puisse commencer à apporter un bénéfice.Mais la chimie seule ne suffit souvent pas. Aujourd’hui l’OMS recommande, pour sortir de la dépression, de coupler un traitement médicamenteux avec la psychothérapie et plus particulièrement les thérapies cognitives et comportementales (TCC). Soigner la dépression grâce à la psychothérapie Une séance de psychothérapie pour lutter contre la dépression Comme nous l’avons vu, la dépression est multi déterminée. Il va donc s’agir, lors de la psychothérapie, de revisiter avec le/la patient.e les différents épisodes de sa vie, ses modes de pensée, son rapport au monde, aux autres, l’image de soi, sa façon de gérer le stress, son hygiène de vie….afin de pouvoir se libérer des poids qui ont conduit à cet état. Aborder ces différents éléments va permettre à la dépression de se lever progressivement et ainsi contribuer à retrouver un fonctionnement psychique plus agréable Souvent, lorsqu’un.e patient.e va mieux, sors de la dépression, on poursuit la psychothérapie. Sur un rythme moins soutenu, parfois 3, 4 séances par an ; un rythme qui correspond à de l’hygiène mentale. En effet, cela nous permet de prendre soin de ce que traverse la personne au fur et à mesure de sa vie et de ne pas laisser les choses s’installer, s’incruster, user psychiquement l’individu. Nous prenons soin de la santé mentale de la personne afin de prévenir une éventuelle rechute. Quand dois-je consulter ? Il n’est jamais trop tôt pour consulter un psychologue. On hésite souvent à prendre rdv parce qu’on sait ce qui nous fait souffrir, parce qu’on a honte, parce qu’on a la sensation par moment de ne pas aller si mal que ça (Une étude récente nous montre que 60% des américains de plus de 65 ans confient ne pas se soigner pour dépression, croyant que ce n’est pas grave et 33% pensent pouvoir s’en sortir seuls. Source genesight). C’est difficile de passer le cap du premier rendez-vous chez le psy.. Mais croyez moi, une fois installé dans le fauteuil, quand vous commencerez à parler, que vous sentirez le climat de confiance, de chaleur, la simplicité du/ de la psychologue, vous verrez à quel point c’est bénéfique, à quel point c’est indispensable de déposer les mots, de remettre les choses en perspective. Et peu à peu, vous commencerez à vous retrouver, peut-être même à vous rencontrer vraiment. Cela sera soulageant et bénéfique, vous vous détacherez de vos anciennes souffrances, de vos vieux schémas pour développer avec authenticité celui ou celle que vous êtes au fond. Quelles que soient les raisons, n’hésitez pas à franchir le cap du premier rendez-vous. Loréna POL – Psychologue & Hypnothérapeuthe

Gérer son stress et son anxiété : les conseils d’une psychologue
Gérer son stress et son anxiété : les conseils d’une psychologue

Les conseils d’une psychologue contre le stress et l’anxiété Dans cet article, la psychologue Loréna Pol nous apprend à différencier le stress, l’anxiété et l’angoisse. La première étape pour ensuite appliquer ses conseils afin de mieux soigner ces maux. Loréna Pol, psychologue à Voiron en Isère est spécialisée dans les Thérapies Comportementales & Cognitives (TCC) et l’hypnose. Elle utilise également les outils de psychologie positive pour accompagner ses patients dans leur processus de développement personnel vers des lendemains plus sereins. Le stress sous toutes ses formes L’anxiété, le stress et l’angoisse sont tous des ressentis qui appartiennent à la famille de la peur. Définition d’une psychologue : le stress Le stress est la première réponse de notre organisme lorsque l’on ressent de la peur. On définit la peur comme étant une réaction à un danger réel ou imaginaire. On peut aussi la ressentir en anticipant une situation dangereuse (un examen à venir par exemple). C’est une émotion universelle, archaïque, nécessaire à notre survie. Elle nous permet d’identifier ce qui est dangereux pour nous et d’y faire face. Comme toute émotion, elle présente des composantes somatiques et viscérales : accélération du rythme cardiaque, sensation de chaleur, difficultés à se concentrer … La peur est une émotion utile qui nous permet de prévenir le danger et d’y réagir. Ainsi on parle parfois de bon stress et de mauvais stress. Le bon stress, serait celui que l’on ressent en réaction à une situation. Cette adrénaline qui nous permet d’être plus réactif(ve), plus vif(ve). Le mauvais stress correspondrait plutôt à ce qu’on appelle l’anxiété. Anxiété : définition et symptômes L’anxiété est un état plus latent, elle correspond au stress qui se chronicise et s’installe. C’est la sensation d’un malaise de fond qui n’empêche pas de vivre mais dégrade la qualité de vie. L’anxiété est associée à des pensées, des craintes et à de l’anticipation anxieuse. On l’observe quand on commence à voir du danger de partout. Quand la peur devient envahissante psychiquement, elle risque de devenir alors pathologique. Elle peut se transformer en troubles du sommeil, en troubles alimentaires, en phobies diverses ou encore en troubles anxieux généralisé voir en troubles obsessionnels et compulsifs (TOC). La peur pathologique déforme notre vision du monde, de sa dangerosité, amplifie les risques. C’est comme si nous vivions sous la menace d’un danger en permanence, avec une épée de Damoclès au-dessus de notre tête prête à s’abattre à tout instant. L’angoisse, quelles différences ? L’angoisse quant à elle est une manifestation massive de la peur, envahissante et redoutable. Lorsqu’elle arrive, elle nous stoppe littéralement, chez certaines personnes on parle de crise d’angoisse, c’est une réaction forte du psychique face à une situation, face à une saturation. Le niveau d’anxiété étant tel que l’organisme ne tolère plus le stress. Le contexte actuel, celui d’une épidémie mondiale, est un contexte « parfait » pour contribuer au développement des peurs pathologiques. Il s’agit d’un événement choquant qui nous confronte directement à la menace de mort. De plus, le monde hyper connecté dans lequel nous baignons aggrave ce climat anxiogène. L’accès immédiat à l’information entretien des comportements de vérification quasi-compulsifs. Alors que faire face à ce sentiment ? Que faire si vous vous sentez angoissé(e)s par cette situation ? Que faire si vous sentez que vos peurs entravent votre fonctionnement, atteignent un niveau de sévérité excessif ? Tout d’abord, identifiez ce mécanisme comme étant de l’anxiété, c’est un processus bien connu que l’on peut apprendre à gérer. Ensuite, allez-y par étapes, essayez de ne pas trop consulter les infos car cela augmente le sentiment de menace et réduit la perception de notre résilience. Mettez en place tout ce qui peut vous ressourcer et vous apaiser. Pensez à vous intéresser à la cohérence cardiaque, à la relaxation et aux pratiques zen en général. Écrire vos pensées peut aussi vous faire du bien, vous pouvez utiliser les colonnes de Beck également qui sont une excellente façon de se raisonner. Enfin, développez votre capacité naturelle à faire confiance à la vie, c’est la clé qui va vous aider à réduire votre anxiété. Apprendre à gérer son stress : les outils de Loréna Pol Il est important de bien avoir en tête que ressentir du stress est quelque chose de normal lié à notre survie. En effet, notre corps réagit à ce que notre tête perçoit comme un danger en mettant en place une mécanique qui va nous permettre de réagir à ce danger. Cela commence par une montée d’adrénaline qui va déclencher un ensemble de manifestations physiologiques destinées à mobiliser notre corps pour fuir ou se battre. Vous vous promenez en montagne, un ami chute devant vous et a besoin d’aide. Instinctivement, votre organisme active votre système sympathique : des bouffées de chaleur, vous transpirez, frissonnez, tremblez… Autant de réactions normales face au danger: elles sont censées permettre de réagir vite, soit par la fuite, soit par l’action. La meilleure manière de gérer une montée de stress passe par le contrôle de sa respiration. Lorsque nous contrôlons notre respiration selon une méthode très simple, nous ressentons immédiatement un apaisement des symptômes liés au stress. Cela commence par un net ralentissement du cœur et se suit d’une sensation de calme général. Prenez une petite inspiration douce en comptant 4 secondes. Bloquez la respiration sur 4 secondes (apnée) Expirez par le nez sur 4 secondes Bloquez la respiration sur 4 secondes (apnée). Cette respiration dite au carré permet de limiter l’apport en oxygène excessif Attention on parle bien de petites inspirations et de petites expirations (pas plus de 4 secondes). Lorsque l’on a une montée de stress, la respiration type zen, très profonde, est à oublier car elle va dans le sens d’une hyper oxygénation et de l’hyper ventilation. Il est également possible de simplement couper sa respiration quelques secondes puis de refaire une respiration normale ceci jusqu’à ce que la sensation de panique se diffuse. Quelle que soit la technique qui est la plus agréable pour vous, sachez qu’il est possible de gérer son stress, de ne pas se laisser déborder par celui-ci, essayez vous verrez ! Consulter un psy pour lutter contre son stress Quand dois-je consulter ? Vous constatez que votre moral est à la baisse ? Vous éprouvez des troubles du sommeil, ou vous vous sentez excessivement préoccupé(e), triste, gêné(e) par votre état mental qui semble ne pas être aussi fonctionnel que d’habitude ? Si ce mal être nuit à votre qualité de vie, il est pertinent de consulter afin de ne pas laisser les choses se détériorer et de pouvoir à nouveau retrouver une qualité de vie satisfaisante. Un(e) psychologue va vous aider à l’aide de différentes méthodes pour apaiser et soigner les souffrances psychiques qui altèrent la qualité de votre vie. Pour de nombreuses raisons, il est souvent difficile de passer le cap du premier rendez-vous. Sachez que les règles d’or de tout psychologue sont : La confidentialité L’absence de jugement A quoi ressemble une séance de psychothérapie contre le stress ? La psychothérapie est un espace de liberté de parole qui permet de prendre soin de ce que vous traversez et de ce qui vous traverse. En TCC (thérapie cognitive et comportementale) nous nous centrons préférentiellement sur aujourd’hui et demain plutôt que sur le passé, c’est une approche de partenariat, de collaboration entre le patient et le psychologue qui permet de mettre en place et de disposer d’outils pratiques et concrets afin d’atteindre les objectifs. En quelques séances on commence déjà à percevoir et ressentir les bénéfices. N’hésitez pas, vous avez tout à y gagner 🙂 Lauréna POL – Psychologue & Hypnothérapeuthe

Câlinothérapie : pour qui ? pour quoi ?
Câlinothérapie : pour qui ? pour quoi ?

Dans notre monde majoritairement virtuel, le contact entre humain est réellement diminué. Mais, le toucher, est plus qu’important, il est vital. En effet, sans câlin, caresse, ou toucher, les bébés ne peuvent pas vivre. C’est pareil pour les adultes, en sommes. Tenant compte de ce besoin, quelques activités ont vu le jour.

Parole de psychologues

Choisissez le psychologue qui vous convient !

Qu’est-ce qu’un psychologue et quel est son rôle

Le psychologue étudie la pensée, le ressenti et le comportement humain et utilise différentes méthodes thérapeutiques pour aider ses patients à comprendre, à expliquer et à changer leur comportement. Le psychologue étudie les processus mentaux et le comportement de son patient afin que ce dernier puisse améliorer la relation qu’il a avec lui-même ainsi que ses relations avec d’autres personnes.

© Doctoome | Mentions légales | CGU | Charte de confidentialité

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. Pour plus d'informations, cliquez ici

Accepter