Tout savoir sur les addictions
Actualités santé,  Les Doctips,  Santé et traitements

Comment appréhender les addictions ?

Addiction à l’alcool, au tabac, au sexe, aux drogues, aux jeux vidéos, aux achats compulsifs, … Stéphanie Ladel, addictologue, nous éclaire sur ces substances et ces comportements addictifs qui touchent toutes les personnes de notre société.  Comment repérer une addiction ? Comment s’auto-diagnostiquer ? Quelles sont les méthodes pour accompagner un proche à sortir de cette dépendance ?

Stéphanie Ladel, addictologue

Stéphanie Ladel,
Addictologue et consultante sociale, depuis 2013, est à l’écoute des personnes, des familles pour les aider dans leurs démarches, leurs addictions en étant un soutien psychologique.  

Quels sont les différents types d’addiction ?

Une personne dépendante consomme régulièrement un produit (tabac, drogue, alcool, médicament…) ou exerce un comportement de manière compulsive (jeux de hasard ou d’argent, jeux vidéo, sexe, achats, sport…). Elle est dans l’incapacité de résister à son envie, malgré les conséquences négatives de sa consommation.

L’addiction peut provoquer des effets néfastes d’ordre personnel, professionnel et social, puisque les substances jouent un rôle sur le système nerveux et comportemental. Un individu risque d’avoir des émotions contradictoires, des changements d’attitude ou même des ruptures dans les relations avec ses proches. Chaque réaction entraîne des répercussions sur sa santé mais également sur celle de son entourage. Les difficultés financières, de couple ou les problèmes mentaux renferment la personne sur elle. Les risques d’isolement, de dépression, d’angoisse sont également à prendre en compte. Certaines consommations peuvent pousser les personnes dans des conduites dangereuses.

Il existe des facteurs à risque et des facteurs de protection. Les antécédents familiaux peuvent jouer un rôle dans la prise de substances. Des proches addicts à l’alcool peuvent engendrer des répercussions sur une personne puisqu’elle peut soit consommer le même produit ou soit se détourner des boissons alcoolisées pour choisir une autre substance (la cigarette, la pornographie, …).

Pour supporter les chocs, les individus intériorisent des produits extérieurs afin de surmonter un mal-être ou des difficultés. Lorsqu’une personne se retrouve devant un obstacle et n’arrive plus à mettre des mots face à ce qu’elle ressent, elle va tenter de trouver des solutions dans des produits. La consommation est alors considérée comme un élément indispensable pour obtenir du plaisir et apaiser une tension. Chaque personne peut tomber dans les addictions et nous avons tous un capital santé différent.

Comment découvrir son addiction ?

Comprendre son addiction…

Généralement, il est difficile pour une personne de reconnaître son addiction. Certains essaient de mettre à distance le produit en évoquant que cette consommation est purement occasionnelle ou qu’il s’agit simplement d’une passion. Par exemple, une personne qui se blesse régulièrement lors de ses pratiques sportives, voudra continuellement retourner faire du sport malgré ses blessures. Le sport à l’extrême pousse des individus à dépasser leurs limites en dépit des fractures, des lésions musculaires ou d’une fatigue extrême. L’objectif pour ces personnes est de rechercher de nouvelles sensations pour combler un vide.

Ce sont principalement les proches qui évoquent une potentielle dépendance lors d’une discussion. Certains amis ou membres de la famille essaient de prévenir les personnes en demandant d’arrêter ces pratiques excessives.

Réussir à s’auto-diagnostiquer…

Les weekends ou les vacances sont des bons moments de repérage puisqu’ils rompent avec le quotidien. En changeant leurs habitudes, des personnes découvrent qu’elles sont addictes. Par exemple, une personne qui réalise une pause cigarette tous les jours avec ses collègues, se rendra compte qu’elle fume également en vacances lorsqu’elle est seule, à cause du manque de nicotine. En profitant des périodes estivales, les individus peuvent s’auto-diagnostiquer et commencer à réaliser un travail de sevrage. En changeant de localisation par le biais des vacances, il est possible de trouver de nouvelles habitudes pour arrêter ses addictions.

Mais les vacances ne sont pas toujours synonymes de déclics, elles peuvent également être un moment où les personnes essaient une substance pour lutter contre un moment de désespoir, d’ennui ou de désillusion. C’est également le cas lors du passage à la retraite ou en période de chômage, certaines personnes découvrent un produit pour échapper à leur routine. Chaque changement de vie peut entraîner une potentielle addiction si nous n’y sommes pas préparés.

Être prise en charge …

Pour évaluer une addiction, Stéphanie Ladel conseille d’arrêter sa consommation pendant quelques jours puis quelques semaines. L’objectif est de savoir, si la personne va rompre avec ces substances ou ces comportements auxquelles cas elle ne sera pas dépendante aux produits. En cas de manque ou de rechute, certains signes apparaîtront, comme de l’anxiété, des difficultés de concentration ou des troubles de sommeil, … Il peut aussi y avoir des symptômes du sevrage qui montrent que le corps est dépendant aux substances. Il est alors conseillé de consulter un médecin si les effets corporels sont forts, surtout en cas de sevrage à l’alcool ou aux benzodiazépines.

En cas d’addiction, vous pouvez consulter différents professionnels de santé puisque cette pathologie touche les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. La dépendance aux substances a des liens bidirectionnels entre le comportement et la neurobiologie. Une addiction s’installe lorsqu’il y a une recherche de plaisir, des émotions négatives et une perte de contrôle. Il est important de se tourner vers une personne de confiance pour appréhender cette maladie.

Comment soutenir un proche dans une addiction ?

L’écoute, la bienveillance, et l’entraide sont essentiels pour accompagner une personne dépendante. Les amis, la famille, le conjoint doivent se rappeler que la personne n’est pas résumée à son addiction. En dialoguant et en n’étant pas dans l’opposition, elles peuvent tenter de trouver des solutions pour les aider à lutter contre ces substances ou ces comportements excessifs. Il existe différentes approches pour soutenir une personne. En essayant plusieurs méthodes, vous trouverez celle qui fonctionne le mieux pour vous et votre proche. Un spécialiste peut vous accompagner dans les différentes démarches à suivre pour trouver la bonne stratégie.

Les personnes atteintes par cette pathologie n’ont pas nécessairement besoin d’une cure ou d’une thérapie. Chaque personne peut rompre avec son addiction par ses propres moyens. Aujourd’hui, l’accompagnement facilite la vie des personnes malades. L’addictologue apporte des astuces et des conseils pour prendre les bonnes premières décisions. Il ne s’occupe pas exclusivement des personnes gravement atteintes par les addictions. Ces praticiens peuvent travailler avec les familles, les amis pour découvrir et appréhender cette maladie. Les consultations peuvent durer plusieurs semaines ou plusieurs mois en fonction des patients. Chaque personne prise en charge peut réussir à stopper son addiction.

Pour en savoir plus sur le métier d’addictologue, c’est par ici : Découvrez l’interview de Stéphanie Ladel