Site Loader
Blog Doctoome | Coronavirus : L’immunité collective est une protection ?

À ce stade, le bilan de la crise sanitaire est déjà lourd, avec plus d’1,9 million de cas confirmés dans le monde selon les données officielles. En France, on dénombre plus de 15.000 morts du coronavirus et 100.000 cas avérés. Vers une immunité ?

Alors que le confinement est prolongé jusqu’au 11 mai, au-delà, le virus restera bien présent dans l’Hexagone. Pour les scientifiques, une immunité suffisamment importante pourrait permettre d’endiguer la pandémie. Mais qu’en est-il ?

Trop peu de Français immunisés

À partir du 11 mai, la France pourrait être progressivement déconfinée. Toutefois, les scientifiques craignent l’arrivée d’une deuxième vague épidémique. Une situation qui pourrait être évitée si nous bénéficions d’une immunité collective. Selon ce principe, plus la population a été au contact du virus et a développé des anticorps durant la guérison, moins le virus peut se propager. En effet, le nombre de personnes immunisées est trop important. 

Seulement, pour y parvenir, il faut que plus de la moitié de la population ait été touchée par le Covid-19. Arnaud Banos, chercheur au CNRS spécialiste de la modélisation, explique sur LCI : « il faudrait que la France atteigne une proportion de la population touchée par l’épidémie qui soit très largement supérieure à ce que nous appelons le taux de vaccination, soit 60% ».

Avant de préciser : « Sur la première vague épidémique, les meilleures modélisations dont nous disposons montrent qu’il faudrait que plus de 80% de la population soit déjà touchée par le virus pour éviter une deuxième vague ».

Immunité : Trop risqué de laisser le virus circuler 

Lundi 13 avril, Emmanuel Macron, a indiqué que

« d’après les premières données, une très faible minorité de Français ont contracté le Covid-19. Ce qui signifie que nous sommes loin de (…) l’immunité collective ».

Emmanuel Macron

  De plus, le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé le 14 avril qu’aucun pays ne savait combien de personnes avaient contracté le coronavirus. Ainsi que la part de la population qui est immunisée. Il a ajouté :

« Nous disposons de simulations : les scientifiques estiment qu’il y aurait 10% de la population qui présenterait à cette date une immunité face au coronavirus ».

Olivier Véran

Le confinement en vigueur depuis le 17 mars dernier explique pourquoi l’immunité de groupe est insuffisante. La stratégie envisagée par le Royaume-Uni, dans un premier temps, de favoriser l’immunité collective est risquée. Boris Johnson a d’ailleurs fait volte face à la suite d’une étude scientifique. Cette dernière, indiquant des centaines de milliers de morts si aucune mesure de distanciation n’était prise.

Autre indication, les chercheurs estiment que l’immunité ne dure que 3 à 6 mois. De ce fait, elle n’est pas une stratégie pérenne. Ainsi, le vaccin semble être l’une des solutions les plus sûres pour créer une immunité collective sur le long terme. 

Retrouvez vos médecins recommandé près de chez vous sur doctoome.com

La température a-t-elle un effet sur le coronavirus ? Découvrez notre dernier article sur le sujet

Emilie House

Facebook
Youtube
Linkedin
Instagram