hyperphagie-hypnose-herve-prouteau
Alimentation,  Santé Mentale

Comment l’hypnothérapie peut soigner l’hyperphagie ?

L’hyperphagie, ce trouble du comportement alimentaire peu connu, toucherait en France 0,7% des femmes mais aussi les hommes. Comment l’hypnose peut soigner l’hyperphagie ? La réponse dans cet article.

Hervé Prouteau, hypnothérapeute, nous explique tout sur cette maladie.

Hervé Prouteau est un hypnothérapeute formé à l’hypnose ericksonienne et à la PNL par son mentor et professeur Jérôme Boutillier.

Issu des ressources humaines et de la formation Hervé Prouteau place l’individu au centre de sa démarche. “Ce qui me passionne le plus : l’accompagnement des personnes – coaching et thérapie”.

hervé prouteau hypnothérapeute - soigner tca

Qu’est-ce que l’hyperphagie ?

Définition

L’hyperphagie est un Trouble du Comportement Alimentaire (TCA) consistant en une ingestion excessive de nourriture. Cette absorption importante se fait durant une courte période. Cela concerne une quantité d’aliments bien supérieure à la moyenne. La personne éprouve un sentiment de perte de contrôle pendant la crise, que ce soit au niveau des types d’aliments avalés ou de leur quantité. 

Cette perte de contrôle se fait sans vomissement ou autres comportements compensatoires comme les laxatifs. De plus, ça ne survient pas au cours d’une anorexie mentale ou d’une boulimie

La compulsion alimentaire, l’absorption massive et rapide de nourriture, provoque chez la personne une souffrance marquée. Ainsi, il est important de bien distinguer cette compulsion intense à une crise de grignotage. L’hyperphagie survient à des intervalles réguliers.

L’hyperphagie concerne autant les hommes que les femmes. 

Causes et symptômes

On peut qualifier l’hyperphagie de “boulimie sans vomissement”. Elle provoque l’obésité, avec les problèmes physiques générés par ce surpoids. C’est-à-dire de l’hypertension artérielle, des troubles cardio-vasculaires, du diabète de type 2, de l’apnée du sommeil ou encore de l’ insuffisance respiratoire. 

Plusieurs fois par semaine, la personne mange sans faim et de manière solitaire jusqu’à des tensions abdominales. Elle ne connaît pas la satiété. 

Dans beaucoup de cas, le patient qui souffre de ce trouble a une personnalité très contrôlante. Paradoxalement, cet excès de contrôle va générer encore plus de pertes de contrôle au niveau alimentaire. 

Cette conduite alimentaire, comprenant le grignotage permanent et les épisodes de crises, va permettre une anesthésie temporaire ou une analgésie des émotions gênantes. Mais cette pratique compulsive génère aussi au final un sentiment de culpabilité, une chute de l’estime de soi et même parfois des épisodes dépressifs.  

La personne qui a des comportements hyperphages est la plupart du temps très empathique. En effet, elle va se concentrer essentiellement son attention sur les autres. Elle a constamment “le cœur sur la main”. Et ce comportement, hyper empathique, va la conduire à perdre ses points de repères personnels. 

Comment résoudre ce paradoxe : “j’existe pour les autres et en même temps j’essaie d’exister pour moi”. 

L’alimentation procure des sensations au niveau du goût, des odeurs, du toucher, et des sensations dans le corps produites par son remplissage. Alors, elle va constituer une stratégie inconsciente pour se connecter à soi-même. Pour exister, et même parfois pour s’opposer à certains canons de la société ou de la famille, l’alimentation va devenir un “refuge”.

Comment guérir de l’hyperphagie grâce à l’hypnose?

L’hyperphagie est un trouble que l’on peut traiter par un accompagnement approprié, avec la thérapie brève alliée à l’hypnose ericksonienne.

Les étapes de la stratégie de l’hypnose ericksonienne

Déplacer l’attention

La stratégie de l’hypnothérapeute consiste à déplacer l’attention de la personne sur le contrôle qu’elle exerce sur sa vie. En particulier au niveau alimentaire, et non sur la perte de contrôle, qui en est simplement la résultante. 

Ainsi, ce n’est pas la crise qui est dangereuse, mais c’est ce qui conduit à la crise.

“Tout excès de contrôle, crée une perte de contrôle”

S’orienter vers plus de plaisir

D’autre part, l’hypnothérapeute va inviter la personne à s’orienter vers plus de plaisir et de liberté, notamment au moment des repas. Très souvent, la personne hyperphage se définit comme ‘bonne vivante” alors que la compulsion est le contraire même du plaisir alimentaire. La compulsion c’est plutôt manger rapidement sans autre sensation que de se remplir l’estomac avec ce qui tombe sous la main. Le contraire même du “bon” ou de la “bonne vivant(e)”

➤ Savourer la vie, cuisiner de la nourriture délicieuse, apprécier ce qu’on mange, se réapproprier les goûts et les saveurs, s’autoriser à manger ce que l’on aime. 

Restaurer l’estime de soi

Les épisodes de crises boulimiques, l’échec des régimes et les prises de poids ont altéré l’image que la personne a d’elle-même. 

Au fil des séances, l’hypnose et les recadrages successifs vont lui permettre de restaurer l’estime d’elle même. Dans le but de retrouver une sécurité émotionnelle, de développer la confiance, et se remettre des chocs émotionnels de sa vie. 

Aider la petite fille – ou le petit garçon – qui se cache pour manger-  à grandir, à prendre des risques relationnels, oser être lui-même et se libérer des loyautés familiales. 

Retrouver un comportement naturel alimentaire

À chaque séance, un recadrage hypnotique du comportement alimentaire va permettre à la personne de retrouver progressivement une manière naturelle de manger. Ainsi, le(a) patient(e) va sortir des crises et des grignotages, tout en sécurisant le changement. 

➤ Aider la partie inconsciente et compulsive de la personne à générer de nouvelles solutions et des comportements adaptés au bien-être du corps et de l’esprit.

Témoignage d’une séance d’hypnothérapie

La première consultation d’hypnothérapie contre l’hyperphagie

Laure, une cliente qui rencontre des problèmes alimentaires, vient me consulter à mon cabinet. Elle a pris 15 kilos en 5 ans et enchaîne les régimes de toutes sortes. La patiente affirme que son IMC “est maintenant dans le rouge”. De plus, elle déclare que “les régimes marchent” mais que , “c’est dommage”, elle n’a pas réussi à “tenir aussi longtemps qu’elle le voulait”. 

Également, Laure affirme qu’elle aime bien manger, mais que trop c’est trop. L’été approche et il faut absolument faire quelque chose. Pourtant, elle sait exactement, dit-elle, comment manger correctement, ce qu’il faut manger, mais elle n’y arrive pas. Ce n’est donc pas un problème de méconnaissance de l’équilibre ou de la constitution des repas qui engendre cela, c’est autre chose. 

hypnose-hyperphagie-herve-prouteau

Elle me fait part des moments où elle craque, surtout quand elle arrive le soir du travail et qu’elle se retrouve seule dans la maison pendant une à deux heures. C’est là où tout se déroule. Elle mange tout ce qui est à portée de sa main, et elle remange le soir avec son mari, à qui elle cache ses compulsions. 

Comprendre la maladie

J’accueille chaleureusement Laure et explore avec elle comment elle s’y prend pour perdre du poids. Je l’écoute avec beaucoup d’attention et je m’étonne sincèrement de toutes ces choses qu’elle fait et qui lui semblent logiques, qu’elle pense devoir faire, et qui ne marchent pas. Je l’amène progressivement, et en douceur, à remettre en cause ses pratiques et certaines de ses croyances.

Le dialogue

“Et pourtant, je fais attention”, me dit-elle. Je lui demande alors à quoi elle fait attention.

Elle me répond : “À ce que je mange. Aux repas, j’évite les graisses, je mange peu de sel et pratiquement pas de sucre. J’évite les charcuteries, les gâteaux et les mets trop tentants. Les trop grandes quantités.”

Je continue à lui poser des questions : “Et cela donne quoi ? “

La réponse de Laure : ” J’arrive à bien me contrôler pendant quelques jours, et, à un moment donné, voilà que je fais n’importe quoi. ” Ce à quoi je lui demande ce qu’elle fait et de me donner un exemple. Ainsi, elle me raconte qu’elle mange n’importe quoi comme des éclairs au chocolat. Mais le problème étant qu’elle n’arrive pas à se contrôler jusqu’à en avoir mal au ventre.

C’est alors que je lui demande : ” D’après vous, cela vient d’où ?”. Laure parle “d’addiction” et qu’elle n’est plus elle-même. En effet, elle se rend malade et s’en veut.

Ensuite, je l’interroge sur la façon dont elle traverse ce processus. Elle m’explique que “Je me dis que c’est la dernière fois que je mange comme cela. Que demain, cela sera fini. Et pourtant, je recommence… “.

Le constat d’Hervé Prouteau

Je lui expose alors que le contrôle est contre-productif. “Et si le problème c’était justement ce que vous faites pour contrôler ce que vous mangez ? Que les solutions que vous mettez en place étaient justement ce qui déclenche les compulsions ? ” Au début elle ne comprend pas.

Puis, je lui explique : “Si vous vous privez d’un aliment, vous aurez sans doute une envie irrépressible à un moment donné d’en manger. Vous savez, en Amérique, pendant la prohibition, tout le monde ne pensait qu’à l’alcool, parce que c’était interdit. Toute interdiction finit par créer, à un moment donné, l’envie de transgression. Vous ne trouvez pas ?”

Le problème, c’est que pour Laure manger ce qu’elle aime est synonyme de prendre du poids. Enfin, je l’invite à se poser cette question : “C’est peut-être parce que vous ne mangez pas ce que vous aimez manger que vous ne pouvez vous arrêter de manger ce que vous n’aimez pas ?”

Voilà le cheminement d’un accompagnement approprié afin de faire prendre conscience du problème et pouvoir le résoudre.

L’hypnose pour guérir

Après 3 séances d’hypnose intégrant le développement de la confiance en soi, une rééducation aux saveurs alimentaires et différents recadrages des comportements alimentaires, Laure a cessé ses crises de boulimie. Son corps commence à s’affiner et elle reprend progressivement goût à la vie, sans aucun régime particulier. Elle suit maintenant des cours de gymnastique en ligne et redevient coquette. Sa perte de poids se fait de manière progressive ; elle sait qu’elle sera durable, cette fois-ci, car sa façon de manger est redevenue naturelle, instinctive et agréable, et ne lui demande plus aucun effort.  

Hervé Prouteau  – Hypnothérapeute – Maître praticien en Hypnose Ericksonienne