Site Loader
diabète-alimentation-diététicienne-fabienne-bonnet

Le diabète : définition et symptômes par une diététicienne

Le diabète est une maladie chronique bien connue, touchant environ 4, 5% de la population française (en 2019) . C’est pourquoi Fabienne Bonnet, diététicienne, vous propose d’en savoir un peu plus. Des symptômes aux conseils alimentaires pour diminuer les risques, elle vous explique tout !

Diététicienne nutritionniste diplômée d’État, Fabienne Bonnet a également une spécialisation en micro-nutrition.

Elle exerce à Gisors, où elle effectue les consultations diététiques (Bilan nutritionnel, Suivi diététique, coaching). Cette diététicienne engagée exerce auprès d’une Association pour diabétiques ainsi que dans les écoles.

Passionnée par son métier et par l’accompagnement de ses patients, elle a créé avec un collègue hypnothérapeute, le programme Réalithéafin de les aider à faire la paix avec l’alimentation.

Alimentation-diabete-fabienne-bonnet-dieteticienne

Les types de diabète et les symptômes

Les trois types de diabètes

Le diabète est une maladie chronique qui affecte 8,5 % de la population mondiale et qui est définie par un état d’hyperglycémie chronique.

LE DIABÈTE DE TYPE 1

C’est une maladie qui est due à la destruction des cellules du pancréas, responsables de la sécrétion d’insuline, par les cellules du système immunitaire.

Le diabète de type 1 peut survenir dès l’enfance, nécessitant alors des injections d’insuline régulièrement, pour remplacer la fonction du pancréas.

Il représente 10 à 15% des cas de diabète.

diabete-alimentation-dieticienne

LE DIABÈTE DE TYPE 2

Ce type de diabète apparaît en général chez des personnes en surpoids ou obèses, ayant 40 ans ou plus, et souvent des antécédents familiaux de diabète.

Il est dû à une résistance du corps à l’insuline, causée par la masse graisseuse abdominale. De ce fait, le sucre consommé ne parvient plus à entrer dans les cellules, et reste dans le sang, provoquant une hyperglycémie.

Le traitement débute par des antidiabétiques oraux, et peut aboutir à des injections d’insuline si le diabète n’est plus équilibré ou si la fonction rénale s’affaiblit.

Environ 90% des personnes diabétiques sont de type 2.

LE DIABÈTE GESTATIONNEL

Il intervient uniquement pendant la grossesse et disparaît après la naissance du bébé. Par contre, la future maman peut alors développer un diabète de type 2 par la suite.

Plusieurs facteurs augmentent le risque de développer ce diabète : le surpoids avant la grossesse, l’origine ethnique, les antécédents familiaux de diabète de type 2.

La future maman devra se faire des injections d’insuline jusqu’à la naissance de son bébé.

Les symptômes du diabète

Une glycémie (taux de sucre dans le sang) trop élevée,  c’est-à-dire une hyperglycémie, provoque l’augmentation des mictions, une soif intense et des symptômes de déshydratation, comme la perte de poids, l’assèchement des muqueuses, la perte d’élasticité de la peau, l’accélération du rythme cardiaque et des chutes de tension artérielle.

Ces symptômes doivent alerter.

Une analyse sanguine en laboratoire, permettra de définir si la personne souffre effectivement de diabète. Selon les critères de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il y a diabète quand la glycémie à jeun est supérieure ou égale, à au moins deux reprises, à 1,26 g/l.

diabete-prise-de-sang

Adapter son alimentation pour baisser son diabète

On ne parle pas de régime alimentaire pour les personnes diabétiques, mais d’une alimentation équilibrée. L’alimentation fait partie du traitement de la maladie, tout comme l’activité physique régulière adaptée.

L’alimentation équilibrée

Ce qu’il faut retenir c’est l’importance d’une alimentation variée et surtout sans interdit !

Toutefois, il convient de limiter la consommation de produits sucrés, salés et gras, pour protéger de la survenue de maladies cardiovasculaires.

Elle doit apporter suffisamment d’aliments à indice glycémique bas, et de fibres, afin de maintenir une glycémie stable.

Enfin, elle doit couvrir les besoins en nutriments de l’organisme pour un fonctionnement optimal. Il est conseillé aux diabétiques de ne pas sauter de repas. Cela évite les risques d’hypoglycémie qui favorisent les variations de glycémie, les grignotages et la prise de poids.  

Les aliments à éviter

Il n’y a donc pas d’aliments à éviter, mais il faut surveiller sa consommation d’aliments ayant un indice glycémique élevé, c’est-à-dire, qui font augmenter la glycémie rapidement.

L’indice  glycémique (IG) permet de comparer des portions d’aliments qui renferment le même poids de glucide, en fonction de leur capacité à élever le taux de sucre dans le sang (glycémie). Il indique à quelle vitesse le glucose d’un aliment se retrouve dans le sang.

La référence est le glucose qui a un IG de 100.

On classe les aliments en trois catégories selon leur indice glycémique (IG).

  • Faible IG (55 ou moins)
  • Modéré (56 à 69)
  • Haut IG (70 et plus)

Un aliment peut avoir un IG différent, selon qu’il est cru ou cuit, comme par exemple la carotte, qui crue a un IG de 16 et cuite a un  IG de 90.

La durée de la cuisson peut aussi jouer sur l’IG.

Les pâtes complètes al dente ont un IG de 40, qui peut monter à 65 si elles sont trop cuites.

Pour le pain, l’IG varie selon la farine utilisée. Moins elle est raffinée, plus elle est riche en fibres, et plus son IG est faible. Par exemple, le pain de mie a un IG de 75 alors qu’un pain complet peut avoir un IG de 65.

Les aliments à privilégier

diabète alimentation

Les légumes, les légumineuses et les produits laitiers (à part le lait concentré sucré), ont un IG faible. Les viandes, poissons et produits de la mer, les œufs, ont un IG faible également, car ils contiennent peu ou pas de glucides.

Exemple de fruits à IG faible :

  • Pomme fraîche – IG 38
  • Pamplemousse – IG 25
  • Raisin – IG 53
  • Banane pas trop mûre – IG 52
  • Kiwi – IG 53
  • Poire – IG 38
  • Orange – IG 42

Quelques exemples de céréales et produits dérivés à IG bas : des biscuits secs petit beurre, muesli naturel, Macaroni, vermicelles, blé, riz brun.

Les conseils de Fabienne Bonnet

Si vous avez du diabète et que vous ne savez plus comment composer vos repas de peur de faire des hypoglycémies ou des hyperglycémies, demandez conseil à un professionnel de la nutrition.

De nombreuses associations peuvent également vous accompagner et vous apporter de l’aide pour mieux équilibrer votre diabète.

Une séance chez une diététicienne pour lutter contre le diabète

Lors de la première consultation avec une personne qui a du diabète, je calcule sa ration alimentaire personnalisée. On le calcule selon plusieurs critères. Tout d’abord en fonction de son âge. Puis de sa taille, de son poids, de son sexe. Enfin, en fonction de son niveau d’activité physique et de son état de santé général.

Nous établissons ensemble son programme alimentaire quotidien. Cela lui permettra de garder une glycémie stable et de perdre du poids (ce n’est pas un régime) si elle en a besoin.

Je propose également des ateliers où j’explique comment déchiffrer les étiquettes alimentaires. Enfin, je rappelle les bénéfices des nutriments sur l’organisme.

Il est nécessaire de bien connaître son diabète pour arriver à l’équilibrer, n’hésitez pas à  demander conseil à un professionnel.

Fabienne Bonnet  – Diététicienne

Agathe de Corlieu

Facebook
Youtube
Linkedin
Instagram