Ma famille,  Ma grossesse,  Naissance

Essai bébé, infertilité… voici ce que vous devez savoir !

Tiphaine Isnard, Gynécologue, obstétricienne spécialisée en infertilité, est ancienne interne des Hôpitaux de Paris. Elle exerce désormais à l’hôpital de Soissons et de Reims. Dès le début de son internat, le Dr Isnard a choisi de se spécialiser en infertilité et en PMA pour accompagner les couples dans leur projet de maternité, les aider à trouver la cause de leur infertilité et vivre avec eux leur parcours.

En essai bébé, au bout de combien de temps faut-il s’inquiéter de ne pas tomber enceinte ?

Il y 2 cas de figure : 

  • Si vous avez moins de 35 ans, après 1 an d’essai sans succès avec des rapports réguliers (3 fois par semaine environ) ;
  • Si vous avez plus de 35 ans ou une maladie chronique, au bout de 6 à 8 mois d’essai infructueux.

Pour info, les chances de grossesse en moyenne en fonction de l’âge sont les suivantes :

  • Si vous avez moins de 35 ans, vous avez environ 25% de chances par mois de grossesse.
  • A plus de 35 ans, le taux passe à 12,5% et à plus de 40 ans 6% de chances par mois. 

Et qu’est ce « qu’avoir des rapports réguliers » ? Ce sont des rapports tous les 2 jours, (il est inutile de le faire plusieurs fois dans la journée même en période d’ovulation car la quantité de spermatozoïdes dans le sperme sera affaiblie) idéalement proche des dates d’ovulation pendant votre « fenêtre fertile ». Il existe des tests et des applications pour bien reconnaitre vos dates d’ovulation.

Quelles sont les causes de l’infertilité ?

Elles peuvent être :

  • Féminines, liées à l’âge, à une altération des trompes, à une malformation utérine, liées à l’endométriose, une insuffisance ovarienne, fibrome, SOPK, troubles hormonaux, obésité ; 
  • Masculines avec une altération des spermatozoïdes. Ça peut être aussi dû à une maladie chronique ;
  • Inexpliquée, c’est-à-dire qu’on ne connaît pas encore la cause de l’infertilité.

Selon Karine Mayer, psychologue spécialisée en infertilité, le sentiment de culpabilité et/ou d’injustice, peut survenir quand on découvre une pathologie chez l’un ou l’autre du couple ou aux 2, ou au contraire quand on n’en trouve aucune.

Quel bilan médical est proposé en cas d’infertilité ?

En 1ère intention, un bilan de couple est indiqué :

  1. Pour la femme : 

–  une échographie en 3D qui va permettre de voir l’utérus, s’il y a des fibromes, des polypes, des malformations, les ovaires, la réserve ovarienne ;

– un bilan hormonal pour vérifier la thyroïde, la prolactine et la réserve ovarienne ;

– une hystérosalpingographie (examen des trompes parfois assez désagréable) ;

– un prélèvement vaginal pour vérifier qu’il n’y a pas de germes ;

– une sérologie ;

  1. Pour l’homme :

– un spermogramme après 3-4 jours d’abstinence.

En 2ème intention, on va proposer pour l’homme une échographie testiculaire, pour la femme, une hystéroscopie pour vérifier qu’il n’y ait pas quelque chose qui empêche l’implantation de l’embryon, et pour le couple, un caryotype pour vérifier les chromosomes.

Si vous vous posez des questions sur votre fertilité.

Depuis le 29 septembre 2021, la nouvelle loi relative à la bioéthique est officiellement entrée en vigueur.

Afin qu’ils puissent plus tard recourir à une PMA, les femmes et les hommes pourront faire congeler leurs gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes) sans motif médical. Jusqu’à présent, une femme ne pouvait avoir recours à la congélation de ses propres ovocytes, sauf nécessité médicale.

Les conditions d’âge sont les suivantes :

  • le prélèvement d’ovocytes peut être réalisé chez la femme entre son 29e et son 37e anniversaire ;
  • le recueil de spermatozoïdes peut être réalisé entre le 29e et le 45e anniversaire de l’homme.

Les actes liés au recueil ou au prélèvement des gamètes seront remboursés mais pas le coût de la conservation.